RD Congo, 60 ans d’indépendance vus par un ingénieur BTP

Article : RD Congo, 60 ans d’indépendance vus par un ingénieur BTP
1 juillet 2020

RD Congo, 60 ans d’indépendance vus par un ingénieur BTP

Ingénieur Donbeni Diowo, © Clever

Bon nombre de diplômés du secondaire (baccalauréat) se lancent dans les études supérieures pour embrasser la carrière d’ingénieur en bâtiments et travaux publics (BTP). Et à ce jour, un d’entre ces jeunes, passionnés de son métier, s’est exprimé sur les couacs des 60 ans d’indépendance dans son environnement.

Donbeni Diowo, futur Ingénieur, termine bientôt son cycle de licence à l’institut national des bâtiments et des travaux publics. Néanmoins, sa vision général sur l’évolution de BTP en RDC est sombre. La formation douteuse, l’octroi des marchés ne suivant pas la réglementation légale ainsi que la corruption règnent en maîtres selon lui.

Sur la formation des ingénieurs BTP

Les efforts consentis par l’Etat congolais pour maintenir les établissements d’ingénierie en BTP sont à louer. En dépit des diverses fermetures observées lors de la deuxième république contre ce domaine, aujourd’hui les ingénieurs s’observent en légion. Par ailleurs, le constat malheureux que relève l’Ir Diowo c’est « le faible engagement à la bonne formation ». Ceci s’observe depuis la nuit des temps qu’existe cette option en RDC.

Cet enseignement de qualité serait paralysé par le manque des laboratoires modernes. Les dernières machines qui existent, datent si pas des années Zaïre, des colons Belges. « Même les entreprises publiques où nous sommes appelés à collaborer pour différents séances de labo, ne possèdent presque pas les différents appareils et machines concernés », renchérit t-il. La vestucité des outils est donc un fait indéboulonable.

Sur la vie professionnelle BTP

Le problème à mettre en évidence serait celui lié à la mise en place de l’ordre national des ingénieurs BTP. « C’est fort regrettable [de constater que, ndlr] à 60 ans, depuis l’indépendance, que notre pays manque un ordre de cet ampleur qui devrait déterminer et faire le suivi de l’assurance qualité des nos services en vu de protéger le public pour qui nous œuvrons ».

Un constat qui donne certainement des migraines chez tous. Même nous qui sommes profanes à ce domaine, pouvons lire le désordre qui y règne. C’est notoire. Le Congo est « béni » ou peut-être « maudit » avec des ingénieurs improvisés, mettant ainsi des vies humaines en danger.

Par exemple, à Kinshasa, plusieurs bâtiments s’écroulent chaque année, causant beaucoup des dégâts. De fois on se demande seulement si nous sommes encore à l’époque « israélite », où les murs pouvaient tomber par simple son de trompettes. Dans le contexte actuel, « il s’agit ni plus ni moins la conséquence logique de l’usurpation des métiers d’Ingénieurs », confie Diowo.

Complexe dans l’octroi des marchés

Cet imbroglio autour de l’ordre des ingénieurs, donne naissance à un désordre bien organisé sur l’octroi des marchés publics. A 60 ans d’indépendance, le Congo a un problème de confiance envers ses fils. « la majorité de projets de construction et reconstruction de notre pays sont dotés aux entreprises étrangères sous différents prétextes comme:  » nos entreprises manquent des engins pour ces genres de travaux » ou encore  » les congolais ne sont pas sérieux ».

Ce pays à l’âge de la sagesse est donc « condamné à être toujours  sous-traitant pour ces entreprises étrangères ? Comment aurons-nous avec le temps aussi ces engins si nous sommes toujours mis en arrière ? », s’interroge sèchement ce future diplômé.

Sur le chantier, © Donbeni

Il sied de préciser que, la qualité du service n’est pas fonction de la couleur de la peau, mais plutôt du respect des normes de construction et celles liées à l’usage de l’ouvrage. Ces derniers sont fonction des moyens mis en disposition des réalisateurs. A ce 60 ans d’existence en tant que nation, la RDC doit banir ce complexe d’infériorité vis-à-vis des ses ingénieurs et des entreprises locales. Il faut plutôt les outiller avant de juger.

Il est temps de réinventer notre pays

Le grand Congo se montre audacieux dans les différents projets de construction. Le barrage d’inga III, le pont rail Kinshasa-Brazzaville, port de banana,… Nous saluons cet état d’esprit de rêver grand. Néanmoins, la nouvelle génération montante a besoin d’une assurance,  » le sérieux et la confiance ». Ce rêve de battir « un Congo plus beau qu’avant » aura un sens si les fils et filles sont mis à profit.

Partagez

Commentaires

Boaz Mangala
Répondre

Belle réflexion

Ben Lovua
Répondre

Merci beaucoup

Ir Valère Ngonde
Répondre

Une très joyeuse réflexion . Il temps que les choses changent que désormais le destin de notre pays dépendent de nous et non aux expatriés .

Ir DIOWO DONBENI clever
Répondre

A l'ingénieur valeur Gonde.
Merçi pour ton commentaire. Nous savons que dans le système actuel la collaboration est largement souhaité. Mais nous regrettons la manière dont cette collaboration est gérée.

Ir DIOWO DONBENI clever
Répondre

Je t'en pris monsieur

Glodi
Répondre

Belle réflexion mon pot

Maledi beni
Répondre

Un adage dit: tout le monde ne peut pas être un grand artiste mais un grand artiste peut surgir de n'importe où. Vas-y cher collègue

Ir DIOWO DONBENI clever
Répondre

Cher Maledi béni, 🙏🙏🙏
Notons que nulle ne peut mieux comprendre notre situation actuelle si ce n'est qu'un initié du domaine ( étudiant ou ingénieur BTP). Voilà pourquoi nous même devrons prendre le devant et jouer toutes les cartes.

Ir SAFARI MATABARO
Répondre

courage cher confrére Ingénieur

Ir bokange lenda
Répondre

C vraiment très bien cher confrère ingénieur

Ir DIOWO DONBENI clever
Répondre

Merçi confrère boaz

Ricci Mantinu
Répondre

engineer, Go further with it

Ir DIOWO DONBENI clever
Répondre

Thanks Ricci Mantinu

Jackson
Répondre

Je valide cette initiative mon confrère DonBenni

Lomami Vincent
Répondre

Super 😄 notre ingénieur

Bruceniala
Répondre

Que devons nous faire pour gagner cette confiance ?

Ir DIOWO DONBENI clever
Répondre

Cher Bruce Niala, nous devons apporter des réformes dignes d'un pays indépendant depuis 60 ans déjà. Ces réformes doivent toucher tous les 3 angles traités ci-dessus, à savoir :
La formation de l'étudiant ingénieur
L'encadrement de l'ingénieur junior
L'ordre de référence nationale de l'ingénieur BTP pour une bonne organisation de la profession

Bosco Abdel by Boscović
Répondre

Bonne réflexion. Courage.

Mathias Loma
Répondre

Mes félicitations Ingénieur pour ce raisonnement et observation pertinente et incontestable ! Il nous revient de vivre dans l'estime de soi le plus positif afin de savoir bien donner de la valeur à nos propres Ingénieurs. Comme remède : Consommons bio localement, recrutons localement tout en conjuguant des efforts pour un développement endogène.

Ir DIOWO DONBENI clever
Répondre

Cher Mathias Loma, vous nous avez bien suivi et nous t'en remercions !
Ton commentaire est tout à fait exact

ir sidi
Répondre

j'ai vraiment apprécié votre réflexion

Ir DIOWO DONBENI clever
Répondre

Merçi à tous pour vos encouragements ! Nous pensons réfléchir encore à haute voix comme c'est le cas de cet article.

IR. Mabiala Londa Josué
Répondre

Très belle réflexion cher collègue. je vous remercie et mes remerciements sont accompagnés avec des félicitations car, vous faites la fierté des ingénieurs BTP et de ton Alma mater.

Mulendele kifuti Gael
Répondre

Exactement tout est clair sur ton article, au moins tu as parlé tout haut ce que nous parlons tout bas.
Nous sommes tjr visé en arrière plan par nos autorités congolaise avec comme arguments: l'expérience, manque des engins des travaux, etc. Alors tous ces raisons n'avancent pas le Congo à propulser ses jeunes qui espère a un Congo plus beaux qu'avant.

Bosco Abdel by Boscović
Répondre

Bonne réflexion. Courage.

Ir tech kalenga hk
Répondre

Mes sincères félicitations Ir donbeni pour cette belle réflexion et observations qui touche directement à la formation en général des ingénieurs BTP.
Nous espérons que ce 60 ème année d'indépendance de notre cher pays la RDC, pourra Éveillée certaines autorités qui sont responsables du domaine de BTP.

Ngungu yanne
Répondre

Bien réfléchit cher ingénieur , chapeau bas a vous . Merci pour l'initiative fonce encore ! ! ! !

Blessing mbonde
Répondre

Merci beaucoup ir je manque même les mots

Ir DIOWO DONBENI clever
Répondre

Chers tous ( ir mabiala, mulendele kifuti Gaël, Bosco Abdel, ir tech kalenga, Ngungu yanne et blessing mbonde), je tiens à vous remercier pour vos encouragements. Nous tenons réfléchir encore plus haut possible. Je pense qu'ensemble, nous aurons une voix très forte !
🙏

Thym Waby
Répondre

Il est temps de réinventer notre congo... Belle analyse confrère.

Ir DIOWO DONBENI clever
Répondre

😁 je salue ta présence Ir Thym wabi.
Merci 🙏

Architecte Winans MESA
Répondre

Le goût du beau, l'amour d'un travail bien fait, la fibre patriotique... Vas de l'avant ingénieur !

Ir Hervé ibolo
Répondre

Tu as bien réfléchi
Mais je suis ravi parce que aujourd'hui tu rejoins mon côté.

Ir DIOWO DONBENI clever
Répondre

Cher Ir Hervé Ibolo, merçi pour ta réaction ! C'est juste que nous avons voulu constater réellement ce qui se passe avant de prendre position. Cela grâce à ce temps d'observation que nous avons eu la conviction de crier si fort comme c'est le cas de cet article 👆

Patrick LOMEMBA
Répondre

Une très bonne réflexion et interpellation aux autorités du pays d’aider les ingénieurs BTP en mettant de l’ordre dans ce secteur.
Merci Ir Donbéni Diowo

ir. Joel Kinzanza
Répondre

Félicitations mn confrère ir. Diowo Nkoso

Ir DIOWO DONBENI clever
Répondre

🙏🙏🙏 Ir kinzanza joel

Omena
Répondre

Bien dit cher collègue !

Ir DIOWO DONBENI clever
Répondre

Merçi Ir.Omena

Gaël Zeng
Répondre

Une réflexion constructive et enrichissante

Ir DIOWO DONBENI clever
Répondre

Gaël Zeng ! Merçi cher ami et collègue ingénieur

Hardy Kweto
Répondre

Merci bcp pour cette réflexion
Le Congo a besoin des hommes pareils

Ir DIOWO DONBENI clever
Répondre

Cher Hardy Kweto, je te remercie pour ton sens de jugement. Et je tiens à te signaler que, à combien nous serons unis, à combien nous serons forts!
,🙏

Ir Christian vaillant soldat
Répondre

Fier d'abord d'être le frère de l'écrivain ,ir Diowo koso.
Les œuvres prouvent qu'on est capable de beaucoup, surtout en voulant s'effrayer une voie ,un chemin ✊ .
c'est ça l'homme ,qui cherche le problème et le résoud ,afin d'apporter les résultats au monde , l'humilité et la discipline de sois sans suivre qui que se soit font de nous grand ! BRAVO!! FRERE .... CET ARTICLE MERITE UNE MEILLEURE EXPOSÉE À LA RTNC ET POURQUOI PAS ETRE PROMOUVU CHEZ LES INGÉNIEURS QUE NOUS SOMMES SUR D'AUTRES CIEUX !

LA SAGESSE NE SE COPIE PAS ,ELLE RESTE ORIGINALE POUR L'AUTEUR MERCI🙏.

Ir DIOWO DONBENI clever
Répondre

Ir Christian vaillant Kanku, NDEKO !
Les mots qui sortent du coeur, vont au cœur. Pas de commentaire là-dessus, juste 🙏🙏🙏
Ensemble nous sommes encore plus fort ✌️💪

Ir Christian vaillant soldat
Répondre

Fier d'abord d'être le frère de l'écrivain ,ir Diowo koso.
Les œuvres prouvent qu'on est capable de beaucoup, surtout en voulant s'effrayer une voie ,un chemin ✊ .
c'est ça l'homme ,qui cherche le problème et le résoud ,afin d'apporter les résultats au monde , l'humilité et la discipline de sois sans suivre qui que se soit font de nous grand ! BRAVO!! FRERE .... CET ARTICLE MERITE UNE MEILLEURE EXPOSÉE À LA RTNC ET POURQUOI PAS ETRE #PROMU CHEZ LES INGÉNIEURS QUE NOUS SOMMES SUR D'AUTRES CIEUX !

LA SAGESSE NE SE COPIE PAS ,ELLE RESTE ORIGINALE POUR L'AUTEUR MERCI🙏.

Lubansi
Répondre

Vraiment, pourvu que nos dirigeants et futurs dirigeants tombent sur ce constat, car il n'y a pas que le diagnostic mais aussi des orientations pour s'en sortir !!
Ceci est le besoin de tout un peuple et de cette génération, tant dans l'ingénierie que dans d'autres domaines.
Merci beaucoup Ir. Diowo

Ir DIOWO DONBENI clever
Répondre

Cher Lubansi, aspirant médecin, merçi pour ton bon sens de jugement. 🙏