Les noirs révulsés : l’Amérique esclavagiste est de retour

Article : Les noirs révulsés : l’Amérique esclavagiste est de retour
28 mai 2020

Les noirs révulsés : l’Amérique esclavagiste est de retour

Mémorial pour George Floyd, le 26 mai 2020 – © Lorie Shaull • CC BY-SA 2.0

De nombreux internautes ont été choqués par une video glaçante du meurtre de George Floyd, devenue virale ce mercredi 27 mai 2020. Selon eux, l’époque abhorrée des lynchages dans l’Amérique esclavagiste serait de retour. La séquence montre cet africain-américain de 40 ans, asphyxié par les policiers.

L’Amérique est révulsée. Cette scène, filmée pendant dix minutes par une passante sur Facebook Live, montre George Floyd plaqué au sol sur le ventre par un policier qui l’immobilise avec un genou sur le cou. Jusqu’au moment où il a succombé.

Plusieurs voix s’élèvent pour réclamer des sanctions dont le renvoie des agents de la police qui se sont illustrés dans ce traitement dégradant, rappelant les esclaves enchaînés, les Noirs lynchés ou encore les condamnés volontairement exhibés sur la voie publique.

La famille de George Floyd a dénoncé un usage « excessif et inhumain » de la force et accusé la police de racisme. Par ailleurs, « Les quatre agents de la police de Minneapolis impliqués dans la mort de George Floyd ont été renvoyés », a annoncé sur Twitter le maire de la ville, Jacob Frey, estimant que « c’était la bonne décision ».

Les souvenirs des noirs américains sont encore vifs

Par coïncidence, le prénom George, renvoit à une autre épopée tragique où George Stinney Jr, d’origine africaine fut la plus jeune personne à avoir été exécuté au 20ème siècle aux Etats-unis.

George Stinney – © State of South Carolina • Public domain, via wikipédia

Ce jeune noir n’avait que 14 ans au moment de son exécution sur une chaise électrique dégageant une charge d’électrocution de 5.380 volts sur sa tête. 70 ans plus tard, son innocence a été officiellement reconnue par un juge de la Caroline du sud. Malheureusement nul ne peut lui rendre la vie. Nous vous laissons imaginer ce qu’une telle décharge électrique peut avoir comme effet sur la tête d’un jeune enfant. Débectant !

En effet, si un « George » n’est pas victime, il est oppresseur. En 2012, George Zimmerman, un garde bénévole a tué un adolescent noir en Floride. Cependant, il a été acquitté par un jury populaire, à l’issue d’un procès marqué par une polémique sur le racisme qui a enflammé les Etats-Unis.

En outre, si le « George » n’est pas humain, il représente un territoire, la Géorgie. La mort d’Ahmaud Arbery, 25 ans, le 23 février dernier dans cette région, est un autre scandale raciale répugnant.

Sans ambages, cette tournure des « George » ne constitue pas les uniques scandales de  l’histoire. Plusieurs autres noirs ont été injustement exécutés du fait de leur appartenance raciale:

  • Samedi 3 août 2019, un homme noir est arrêté par la police dans l’Etat du Texas. Sur la photo, virale sur les réseaux sociaux, on voit deux policiers à cheval menant un homme noir au bout d’une corde. On se croirait aux heures sombres de l’esclavage.
  • Le 4 septembre 1957, Little Rock, Arkansas, rentrée des classes scolaires. Les neuf enfants noirs inscrits au lycée jusque-là réservé aux seuls blancs sont encerclés par une foule hystérique. On leur crie, « Rentre en Afrique ! Lynchez-la !  Qu’on la pende à un arbre ! ». Parmi elles, Elizabeth Eckford qui en garde encore les souvenirs.

Et la liste est malheureusement bien longue.

Comment lutter contre ce retour à l’Amérique esclavagiste?

Manifestation antiracisme – © Karla Ann

Pour vaincre le racisme, il faut de grandes mobilisations. Premièrement, les principaux concernés, victimes du racisme, travailleurs sans-papiers, doivent imposer l’égalité réelle dans la société. En deuxième position, nous autres. Si l’apartheid sud africain a été vaincu, c’est grâce à la volonté mondiale de dire non. Chacun doit s’impliquer pour l’abolition effective de ce fléau.

Violences policières

En ce qui concerne les violences policières, il faut imposer le désarmement de la police, doter celle-ci d’armes non-létales, et multiplier des sanctions contre les tergiversations. Un coup d’œil curieux dans un récent rapport du Sentencing Project nous fait froid au dos. Il nous apprend qu’au pays de l’oncle Sam, « le taux d’incarcération des Noirs est six fois plus élevé que celui des Blancs, et celui des Hispaniques deux fois plus élevé ». Débectant !

Il y a urgence, aux États-Unis et ailleurs, dans un monde où la violence et la misère sont de plus en plus répandues, à stopper cet engrenage infernal. L’histoire nous renseigne que les afro-américains étaient les seuls immigrants qui n’ont pas choisi de venir s’installer aux Etats-Unis d’Amérique. Les américains venaient les chercher en Afrique pour qu’ils deviennent esclaves aux Etats-Unis d’Amérique. Pour avoir une petite idée du voyage qu’ils effectuaient, je vous conseille de regarder le film « racine ».

Cependant, malgré l’arsenal juridique des USA interdisant l’esclavagisme, il existe toujours des discriminations. Il y a toujours un George Floyd qui crie « I can’t breathe » – « Je ne peux pas respirer ».

Partagez

Commentaires

Michel
Répondre

Le temps du chgm a sonné

Ben Lovua
Répondre

🤗🤗🤗

luz
Répondre

Les noirs ont droit à la vie...

Ben Lovua
Répondre

Tout le monde a droit à la vie cher Luz. On ne peut pas condamner le racisme en développant la haine des blancs ; on devriendrait aussi acteur dans cette discrimination. Enseignons plutôt l'amour.